HUB Prépas et littéraires - Recueil de citations Moyen – âge : le temple du corps

Bible, La Genèse

« Alors Yahvé Dieu modela l’homme avec la glaise du sol, il insuffla dans ses narines une haleine de vie et l’homme devint un être vivant »

La Bible reconnaît la création simultanée de l’âme et du corps. L’âme ne précède pas le corps et donc ne devrait pas lui survivre : loin d’être une substance immatérielle hétérogène au corps, elle l’anime.

Bible, Psaumes

« Que ma bouche publie la louange de l’Eternel, Et que toute chair bénisse son saint nom »

La chair ainsi entendue ne s’oppose pas à l’âme. Elle désigne l’être humain, l’homme, l’être vivant, fait d’âme et de corps, sans séparation entre eux.

Bible, Evangile selon saint Jean

« Et le Verbe s’est fait chair »

Contrairement à une opinion répandue, ce prologue célèbre de l’Evangile de Jean ne signifie pas que Dieu s’est matérialisé, mais qu’il est devenu homme.

Saint Augustin, Foi et credo, IVème siècle

« L’homme comprend trois parties : le corps, l’esprit et le cœur. »

L’Eglise naissante distinguait trois parties dans l’être humain, en séparant l’esprit (souffle, de l’âme (être vivant). Plus tard, les théologiens en vinrent au dualisme de l’âme et du corps. On retrouve chez Pascal, cette tripartition exposée chez Saint Augustin, où le cœur est le siège des émotions et de la charité. Chez Pascal, cela prendra la forme d’un ordre hiérarchique.

Saint Matthieu, Evangile

« La lampe du corps, c’est l’œil. »

L’apôtre fait de l’œil l’organe physiologique le plus propre à exprimer l’énergie divine qui anime la matière, en l’occurrence, la foi, et l’âme, le souffle vivant. Cette métaphore rappelle l’importance du regard comme miroir de l’intériorité.

Mahomet, Le Coran

« Toute chose a une aumône, l’aumône purificatrice du corps étant le jeûne. »

Le jeûne est un des cinq piliers de l’islam ; cette phrase rappelle que le croyant peut offrir son corps en prière à Allah par le jeun pour purifier son âme.

Alcuin, Maximes et pensées, IXe s. ap. J.-­C.

« Le corps est la demeure de l’âme. »

Ce religieux anglais montre ici l’évolution de la théologie chrétienne, qui a remplacé les trois parties de l’âme en 2 parties, l’âme et le corps.
  • Partager :