Nouveaux formats

Préparer le concours Prépa et littéraires - Oral de langues Oraux de langues de 2020

Les premières vidéos de la nouvelle épreuve de langues vivantes des concours ECRICOME PRÉPA et ECRICOME TREMPLIN 1 2020 sont en ligne (cliquez sur le mot pour ouvrir chaque onglet).

Le changement d’épreuve

Ce changement d’épreuve, annoncé lors de notre conférence de presse du 21 novembre 2018 se concrétise aujourd’hui avec la mise à disposition pour les préparationnaires et les professeurs de 2 vidéos pour chacune des 12 langues vivantes proposées pour les oraux.
Les vidéos sont consultables ci-dessous.

Cette modification d’importance a été pilotée en collaboration avec le professeur Philippe KOHLER, professeur émérite et trésorier de l’APHEC qui, en sa qualité de responsable de l’épreuve de langue, s’est assuré de la production de nouveaux sujets conformes au cahier des charges soumis aux équipes conceptrices. Il supervisera également la session 2020.

Cette épreuve remplace l’épreuve actuelle qui porte sur un article tiré de la presse écrite, enregistré par un lecteur natif. S’en suit un échange avec un jury.
Bien que cette épreuve n’ait pas démérité et qu’elle ait permis de jauger du niveau des candidats, il a été décidé de proposer à compter de la session 2020 un format moderne, plus vivant et moins artificiel.

Pourquoi ce changement ?

L’objet de cette refonte du concours ECRICOME à l’horizon 2020 est de proposer une épreuve innovante, en phase avec les nouveaux modes de consommation de l’information et répondant à l’appétence des candidats actuels pour l’image.

Les candidats devront, au cours de leur carrière future, être capables de nouer aisément des liens avec leurs partenaires commerciaux étrangers. C’est pourquoi l’ambition d’ECRICOME n’est pas seulement de vérifier l’aptitude des futurs étudiants à traduire des documents ou à s’exprimer correctement dans la langue étrangère étudiée ; elle est aussi de tester leur capacité à transformer leurs connaissances de la civilisation étrangère en une passerelle, un pont intellectuel vers l’autre. La vidéo devra par conséquent permettre d’analyser un aspect particulier de la civilisation du ou des pays étudié(s).

Comment sont choisies les vidéos ?

Les vidéos doivent être récentes (moins d’un an). Leur format doit être de 3 minutes sans excéder 3’ 30’’ de manière à permettre plusieurs visionnages.

Une attention particulière sera portée à la qualité du son, aux accents qui devront être compréhensibles par tous. De nombreuses restrictions ont été imposées aux concepteurs, de manière à obtenir un support cohérent : pas de coupe, pas de monologue, pas de parlers dialectaux, peu de voix off…

Les contenus thématiques des vidéos pourront porter sur la culture, le business, la civilisation, l’environnement, la société, l’économie. Aucun sujet polémique ne sera retenu (pas de thématique sur la religion, la politique politicienne ou les polémiques sociétales, etc.).

Afin d’être en conformité avec les droits d’auteur, toutes les vidéos sont sourcées (auteurs et URL de captation).

Comment se déroulera cette nouvelle épreuve ?

En totalité, celle-ci durera 40 minutes.

A) Face à un écran d’ordinateur ou une tablette, le candidat disposera de 20 minutes pour la préparation de l’épreuve. Il pourra gérer son temps de préparation à sa guise et revoir chaque passage de la vidéo ad libitum.

B) Face à l’examinateur, l’épreuve durera également 20 minutes au cours desquelles

  • a) Le candidat devra en premier lieu prouver qu’il a compris l’essence du document vidéo. L’objet de cette épreuve n’est pas de retranscrire les propos tenus dans le film, mais bien d’en opérer une synthèse intelligente, si possible avec un titre, dans une langue personnelle, aussi correcte et riche que possible.
  • b) Dans un second temps, il montrera son aptitude à développer, à partir du document visionné, une réflexion cohérente et circonscrite à un seul thème, choisi par lui. Chaque vidéo s’inscrivant dans un contexte culturel et civilisationnel plus large auquel les étudiants se seront intéressés durant leurs années de préparation, le candidat sera aussi évalué sur ses connaissances du ou des pays étudié(s).
  • c) Le professeur l’interrogera ensuite sur un ou plusieurs sujets connexes au thème de la vidéo.
  • d) S’ensuivra enfin un entretien libre avec le candidat, donnant lieu à un véritable échange permettant notamment de vérifier les connaissances civilisationnelles du candidat.

Comment sera-t-elle notée ?

Le barème de notation appliqué par le jury sera fonction de 4 critères :

  • La compréhension de la vidéo et des questions posées par le jury (de 0 à 5 points)
  • La correction et la richesse de la langue : lexique, grammaire, phonétique (de 0 à 5 points)
  • La qualité générale de la présentation et de la réflexion (de 0 à 5 points)
  • Les connaissances sur le(s) pays dont le candidat étudie la langue (de 0 à 5 points)

Afin d’accompagner les professeurs de classe préparatoires

  • Dès la rentrée de septembre 2019, une troisième vidéo sera proposée pour chaque langue vivante à la communauté des professeurs et des étudiants.
  • Une vidéo de présentation sera également réalisée afin de préciser la philosophie de l’épreuve et les attentes du jury.

Les sujets d’entraînement

ALLEMAND

1ER EXEMPLE :

Allemand  - Exemple 1 - verbatim résumé
Allemand - Exemple 1 - verbatim résumé

2E EXEMPLE :

Allemand exemple 2 verbatim résumé
Allemand exemple 2 verbatim résumé

ANGLAIS

1ER EXEMPLE :

Anglais Exemple 1 verbatim résumé
Anglais Exemple 1 verbatim résumé

2E EXEMPLE :

Anglais Exemple 2 verbatim résumé
Anglais Exemple 2 verbatim résumé

ARABE

1ER EXEMPLE :

Arabe Exemple 1 verbatim résumé
Arabe Exemple 1 verbatim résumé

2E EXEMPLE :

Arabe Exemple 2 verbatim résumé
Arabe Exemple 2 verbatim résumé

CHINOIS

1ER EXEMPLE :

Chinois Exemple 1 verbatim résumé
Chinois Exemple 1 verbatim résumé

2E EXEMPLE :

Chinois Exemple 2 verbatim résumé
Chinois Exemple 2 verbatim résumé

ESPAGNOL

1ER EXEMPLE :

Espagnol Exemples 1 et 2 verbatim résumé
Espagnol Exemples 1 et 2 verbatim résumé

2E EXEMPLE :

HEBREU

1ER EXEMPLE :

Hebreu Exemple 1 verbatim résumé
Hebreu Exemple 1 verbatim résumé

2 EXEMPLE :

Hebreu Exemple 2 verbatim résumé
Hebreu Exemple 2 verbatim résumé

ITALIEN

1ER EXEMPLE :

Italien Exemple 2 verbatim résumé
Italien Exemple 2 verbatim résumé

2 EXEMPLE :

Italien Exemple 2 verbatim résumé
Italien Exemple 2 verbatim résumé

JAPONAIS

1ER EXEMPLE :

Japonais Exemples 1 et 2 verbatim résumé
Japonais Exemples 1 et 2 verbatim résumé

2 EXEMPLE :

Japonais Exemples 1 et 2 verbatim résumé
Japonais Exemples 1 et 2 verbatim résumé

POLONAIS

1ER EXEMPLE :

Polonais Exemple 1 verbatim résumé
Polonais Exemple 1 verbatim résumé

2E EXEMPLE :

Polonais Exemple 2 verbatim résumé
Polonais Exemple 2 verbatim résumé

PORTUGAIS

1ER EXEMPLE :

Portugais Exemple 1 verbatim résumé
Portugais Exemple 1 verbatim résumé

2 EXEMPLE :

Portugais Exemple 2 verbatim résumé
Portugais Exemple 2 verbatim résumé

RUSSE

1ER EXEMPLE :

Russe Exemple 1 verbatim résumé
Russe Exemple 1 verbatim résumé

2 EXEMPLE :

Russe Exemple 2 verbatim résumé
Russe Exemple 2 verbatim résumé

VIETNAMIEN

1ER EXEMPLE :

Vietnamien Exemple 1 verbatim résumé
Vietnamien Exemple 1 verbatim résumé

2E EXEMPLE :

Vietnamien Exemple 2 verbatim résumé
Vietnamien Exemple 2 verbatim résumé

POUR LIRE LES PIECES TELECHARGEABLES :
Pour la lecture du format PDF, privilégiez le téléchargement du lecteur universel ACROBAT READER DC à partir de l’adresse suivante : https://get.adobe.com/fr/reader/ + logo
Ce lecteur gratuit, leader de sa catégorie est dépourvu de publicité et est compatible également avec tous les systèmes d’exploitation.

Mentions légales :

Les articles L. 122-5, 3° ; L.211-3, 3° et enfin L.342-3, 4°du Code de la propriété intellectuelle régissent la question de l’exception pédagogique. Ces articles sont en effet entrés en vigueur par la loi DADVSI du 1er janvier 2009.
L’article L. 122-5 du Code de la propriété intellectuelle sur les droits d’auteur dispose que :
« Lorsque l’œuvre a été divulguée, l’auteur ne peut interdire :
(…)
3° Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l’auteur et la source :
(…)
e) La représentation ou la reproduction d’extraits d’œuvres, sous réserve des œuvres conçues à des fins pédagogiques, des partitions de musique et des œuvres réalisées pour une édition numérique de l’écrit, à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, à l’exclusion de toute activité ludique ou récréative, dès lors que le public auquel cette représentation ou cette reproduction est destinée est composé majoritairement d’élèves, d’étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, que l’utilisation de cette représentation ou cette reproduction ne donne lieu à aucune exploitation commerciale et qu’elle est compensée par une rémunération négociée sur une base forfaitaire sans préjudice de la cession du droit de reproduction par reprographie mentionnée à l’article L. 122-10 ; (…) »
De même, l’article L. 211-3 du Code de la propriété intellectuelle sur les droits voisins du droit d’auteur dispose que :
« Les bénéficiaires des droits ouverts au présent titre ne peuvent interdire :
(…)
3° Sous réserve d’éléments suffisants d’identification de la source :
(…)
la communication au public ou la reproduction d’extraits d’objets protégés par un droit voisin, sous réserve des objets conçus à des fins pédagogiques, à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, à l’exclusion de toute activité ludique ou récréative, dès lors que le public auquel cette communication ou cette reproduction est destinée est composé majoritairement d’élèves, d’étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, que l’utilisation de cette communication ou cette reproduction ne donne lieu à aucune exploitation commerciale et qu’elle est compensée par une rémunération négociée sur une base forfaitaire ;
(…) »
Et enfin, l’article L. 342-3 du Code de propriété intellectuelle sur les droits des producteurs des bases de données dispose que :
« Lorsqu’une base de données est mise à la disposition du public par le titulaire des droits, celui-ci ne peut interdire : (…)
4° L’extraction et la réutilisation d’une partie substantielle, appréciée de façon qualitative ou quantitative, du contenu de la base, sous réserve des bases de données conçues à des fins pédagogiques et des bases de données réalisées pour une édition numérique de l’écrit, à des fins exclusives d’illustration dans le cadre de l’enseignement et de la recherche, à l’exclusion de toute activité ludique ou récréative, dès lors que le public auquel cette extraction et cette réutilisation sont destinées est composé majoritairement d’élèves, d’étudiants, d’enseignants ou de chercheurs directement concernés, que la source est indiquée, que l’utilisation de cette extraction et cette réutilisation ne donne lieu à aucune exploitation commerciale et qu’elle est compensée par une rémunération négociée sur une base forfaitaire ;
(…) »

C’est en considération de ces articles du code de la propriété intellectuelle qu’un accord a été négocié entre la Société des producteurs de cinéma et de télévision (PROCIREP) et (entre autres) le ministère de l’éducation nationale le 4 décembre 2009.
Cet accord a été conclu à l’issue de négociations menées en étroite concertation avec les organisations professionnelles de producteurs, de distributeurs et d’exploitants, la PROCIREP ayant été mandatée par l’ensemble des sociétés de gestion collective pour contracter avec le ministère de l’éducation nationale.
Ainsi, aux termes du code la propriété intellectuelle et de cet accord relatif à l’enseignement, il existe donc une exception au caractère exclusif des droits d’auteurs qui est compensée par une rémunération globale négociée sur une base forfaitaire. Cette rémunération est ainsi réglée forfaitairement par l’État aux auteurs via la PROCIREP.

  • Partager :