Témoignages Littéraires

Les étudiants issus de prépas littéraires sont les bienvenus au sein des écoles de management. ECRICOME réserve 145 places aux élèves de Prépa Littéraire en 2020 : "Toutes les écoles membres du concours sont attachées à ces profils. C’est pourquoi nous avons prévu des places contingentées pour être sûr d’accueillir ces étudiants" précise Delphine Manceau, Directrice d’ECRICOME et DG de NEOMA BS.
Voici plusieurs témoignages d’étudiantes issues des prépas littéraires :

Sarah étudiante à l’EM Strasbourg

Sarah, EM Strasbourg
"Je me suis dirigée vers une prépa littéraire en sachant que je pouvais passer les concours pour intégrer une école de management. J’ai passé les différents concours d’accès aux Grandes Écoles dont le concours ECRICOME littéraire. Celui-ci ne demande aucune connaissance en plus de celles du programme de Khâgne, contrairement à d’autres qui nécessitent des notions économiques en langues notamment.
Dès les oraux, le Be Distinctive de l’école m’a plu. Les jurys ont été très curieux concernant mon parcours et très intéressés. Je n’ai pas été dévalorisée à cause de mon parcours, au contraire, et c’est aussi pour cela que j’ai choisi l’EM Strasbourg. La diversité et l’authenticité des profils sont les forces de l’école."

Gabriella étudiante à KEDGE BS

Gabiella, KEDGE BS
« Suite à mes années de Khâgneuse, j’ai candidaté au PGE à KEDGE BS car j’étais curieuse de découvrir ce à quoi ressemblait le monde du travail. Le PGE c’est l’apprentissage des outils utiles qui nous permettront de construire au mieux notre projet professionnel. J’acquiers des compétences en économie, en finance d’entreprise (matière que j’apprécie contrairement à ce qu’on pourrait attendre d’une littéraire) j’étudie aussi le marketing et le droit des contrats. En bref, je suis polyvalente. Pourquoi KEDGE ? Pour sa diversité. Fidèle à moi-même, c’est par mon choix de majeur en « Geopolitics and the World of Business » que j’ai pu retrouver le goût des relations internationales. Et oui, l’école de commerce c’est l’école de la vie, y compris pour les littéraires. »

Axelle étudiante à NEOMA BS

Axelle, NEOMA BS
« J’ai suivi une filière BL, qui est très complexe et J’ai validé une double licence à Nanterre en même temps que ma cube. Je ne voulais pas avoir de regrets par rapport à d’autres écoles, j’ai donc passé les concours et c’est ainsi que j’ai intégré NEOMA BS.
Je trouve que le fait de faire ECRICOME et que les notes de l’ENS soient prises en compte valorisent les littéraires. Toutes les écoles ne sont pas prêtes à mettre en valeur les littéraires. J’aimais bien ce côté de NEOMA BS.
Pour ceux qui ne sont pas dans les filières ECE, ECS, les « filières royales », il ne faut pas forcément se brider. Il est plus intéressant pour les jurys aux oraux d’avoir un profil différent par exemple. Il faut être soi-même aux oraux. Je dis cela, ce n’est pas juste une phrase en l’air. S’inventer une personnalité gâche vraiment tout. C’est dommage. »

Pauline à RENNES SB
Pauline, Rennes SB

« Je suis arrivée en PGE1 après les concours, la première année est très intéressante pour les étudiants venant de prépa littéraire puisque se sont des sujets tout nouveaux. Certains cours demandent plus d’investissement personnel (compta, analyse financière) mais le niveau d’anglais acquis en prépa nous donne un avantage.
En PGE2 je suis partie 6 mois en échange en Equateur, où j’ai commencé ma spécialisation en marketing. A mon retour, j’ai commencé une année de césure en réalisant deux stages. Le premier en marketing/communication chez SIA Home Fashion en région parisienne, et mon deuxième stage chez Nina Ricci en développement des licences.
Comme vous pouvez le voir, je me suis principalement orientée vers le luxe où les compétences des littéraires (rédaction, aisance avec les langues, organisation et analyse) sont très appréciées.
J’ai ensuite postulé en MSC et je recherche un stage de fin d’étude plutôt dans le luxe et dans le marketing développement de produits. De nombreux littéraires s’orientent vers la communication, le marketing ou les ressources humaines. Peux d’élèves s’orientent vers la fiance ou l’audit, mais ce n’est pas impossible. »

Sur l'Agenda Littéraires

Tout l'agenda >>