Le XXe siècle - Ecricome

Recueil de citations

Le XXe siècle : AIMER

Accueil > Aimer

Afin de compléter les annales que vous pouvez consulter à tout moment depuis la rubrique SE PREPARER, nous vous proposons un recueil de citations qui complétera vos cours pour l’épreuve de culture générale sur le thème d’aimer.

Ce recueil de citations ne présume en rien des sujets du concours 2022 à venir.

Charles Péguy (1873-1914), Notre jeunesse (1910)

« La seule force, la seule valeur, la seule dignité de tout, c’est d’être aimé. »

Commentaire : Cette citation fait un éloge de l’amour reçu, comme une forme de reconnaissance qui donne une grandeur à l’homme. Disciple de Bergson et intellectuel engagé contre l’antisémitisme, pendant l’Afire Dreyfus, Peggy réaffirme dans cet ouvrage la force de la morale.

Marcel Proust (1871-1922), A la recherche du temps perdu, « Le Temps retrouvé » (1913)

« Aimer est un mauvais sort, comme ceux qu’il y a dans les contes, contre quoi on ne peut rien jusqu’à ce que l’enchantement ait cessé. »

Commentaire : L’intérêt de cette citation est de présenter l’amour comme un enchantement magique, merveilleux, avec un point de vue plutôt pessimiste. Le charme au sens fort du mot semble déposséder la personne amoureuse d’elle-même et lui nuire. L’amour est ainsi vu comme une puissance transcendante qui dépasse l’être humain.

Émile Chartier, dit Alain (1868-1951), éléments de philosophie (1916)

« Aimer, c’est trouver sa richesse hors de soi. »

Commentaire : Cet aphorisme fait de l’amour une actoiop, délibérément tournée vers autrui et s’oppose à l’amour-propre ou à une forme d’égoïsme. Le sentiment est vu comme un trésor, et le trouver requiert un détachement par rapport au narcissisme. C’est une invitation à accorder moins d’importance à soi-même pour s’ouvrir à l’extériorité.

Paul Valéry (1871-1945), Tel Quel (1941)

« Que si le moi est haïssable, aimer son prochain comme soi-même devient une atroce ironie.»

Commentaire : Écrivain espiègle, Paul Valéry ironise sur la citation de Pascal, écrivain chrétien et janséniste, pour qui le moi n’est qu’une illusion qui détourne l’homme de DIeu. Il reprend le commandement christique en le détournant de sa signification. Or la phrase de Pascal critique l’amour-propre, c’est-à-dire une certaine fascination pour l’apparence de soi.

Gandhi (1869-1948)

« On ne peut battre son adversaire que par l’amour et non la haine. La haine est la forme la plus subtile de la violence. La haine blesse celui qui hait, et non le haï. »

Commentaire : Cette citation rappelle l’engagement de Gandhi pour les valeurs d’amour et de liberté. Il s’est heurté à la haine dans le conflit avec l’Angleterre coloniale et s’est fait l’apôtre de la non-violence. En fait, l’amour est présenté ici comme une arme plus redoutable encore.

Paul Morand (1888-1976), Rococo (1933)

« Aimer, c’est se placer au cœur des choses. »

Commentaire : L’idée et de montrer dans l’amour une profondeur qui nous, rapproche de la réalité du monde. L’amour est une descente dans la réalité de ce qui existe autour de nous, et non une évasion dans l’imaginaire. Cette vision s’oppose à l’idéalisation amoureuse et fait aussi de l’amour un élément central au cœur de la matière et du vivant.

Paul Léautaud (1872-1956), Le journal particulier (1936)

« Aimer, c’est être exclusif, se donner soi, tout entier, à un être unique. »

Commentaire : L’amour prend ici une forme exclusive, possessive et soumise en même temps. C’est une force interactive qui rapproche les êtres, et implique le rejet de l’amour-propre ou de toute forme d’égoïsme.

Emil Cioran (1911-1995), Syllogisme de l’amertume (1987)

« L’art d’aimer ? C’est savoir joindre à un tempérament de vampire la discrétion d’une anémone. »

Commentaire :Philosophe roumain, profondément marqué par les conflits politiques des années 30, Cioran développe un scepticisme philosophique et rejette toute forme d’idéalisme et d’esprit de système.

Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944), Le Petit Prince (1943).

« Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre : c’est regarder ensemble dans la même direction. »

Commentaire :Cette célèbre citation rompt avec la tradition de la fusion du couple amoureux, pour proposer une vision de la fraternité et de l’union dans la durée, dans la construction d’un parcours de vie et de l’existence.

Jean-Paul Sartre (1905-1980), L’Être et le Néant (1943).

« Aimer est, dans son essence, le projet de se faire aimer. »

Commentaire : Sartre dénonce ici l’illusion de l’amour, qui comporte en fait un profond narcissisme. Aimer, c’est en fait posséder une liberté, et celui qui aime veut en fait être aimé en retour comme tel. Cela peut rendre l’amour destructeur. Mais ce projet d’aimer tout en attendant de l’être un retour reste irréalisable.

Albert Camus (1913-1960), Caligula (1944)

« Aimer un être, c’est accepter de vieillir avec lui. »

Commentaire : L’empereur romain refuse l’aliénation apparente que semble montrer l’amour. Cette acceptation peut être renoncement à ma liberté », et un renoncement à une certaine forme de vie à venir.

Jacques Lacan (1901-1981), Séminaire (1964)

«Aimer, c’est essentiellement vouloir être aimé. »

Commentaire : Grand psychanalyste, disciple de Freud, Lacan dénonce dans l’amour un besoin narcissique, comme un manque impossible à combler. Il reconnaît le besoin réflexif d’amour.

André Comte-Sponville (né en 1952), L’amour en quatre leçons de philosophie (2013)

« Il s’agit d’apprendre à vivre, à jouir, à se réjouir, c’est-à-dire d’apprendre à aimer. »

Commentaire : Le philosophe fait de l’amour le fond commun des différentes activités humaines. Le bonheur et l’existence sont reliés à ce sentiment existentiel et prennent du sens par rapport à lui. L’amour devient une sagesse, voire une philosophie.

Pierre Bourdieu (1930-2002), Les choses dites (1987)

« Aimer, c’est un peu aimer en autrui une autre réalisation de son propre destin social. »

Commentaire : Sociologue, Bourdieu affirme ici apparemment un déterminisme social, au sens où le destin de l’individu ne peut se concevoir en dehors de la place occupée dans la société. L’amour consisterait à apprécier en autrui cette réalisation d’une histoire individuelle et sociale. Mais l’histoire d’autrui me renvoie à ma propre histoire dont elle n’est que le reflet.

Marcel Jouhandeau (1888 – 1979), Que la vie est une fête (1966)

« Aimer, c’est une présence qui domine sur tout ce que nous sommes. »

Commentaire : Cette définition fait de l’amour un rayonnement qui irradie toute la vie personnelle et sociale de chacun. Cette représentation religieuse est en accord avec un panthéisme, au sens où l’amour est partout autour de nous et au cœur de notre vie.

Jean-Napoléon Vernier, Les fables, pensées et poésies (1865)

« Aimer, c’est le bonheur ; haïr, c’est encore la vie ; mais ne rien sentir, c’est le néant. »

Commentaire : Ces aphorismes donnent aux sentiments une vitalité. Sentir, ressentir témoigne du vivant. À cet égard, l’amour et la haine ne sont pas si éloignés l’un de l’autre. Mais l’amour a ceci de supérieur en ce qu’il permet de bonheur.

Robert Sabatier, Le livre de la déraison souriante (1991)

« Aimer, c’est ne plus penser à autre chose. »

Commentaire : Le philosophe exprime la force du sentiment amoureux, capable de dominer toute une vie et d’accaparer un esprit. Il s’insuffle dans toutes les pensées, qu’il irradie ou emporte sous le coup de la passion.